Reconnaissance scientifique de l’intuition !

28 octobre 2018,  Article - actu / médias

L'intuition en chacun de nous

Notre vie est traversée par ces moments quasi magiques où nous sommes amenés à faire une action inhabituelle qui bouleverse notre quotidien… Répondre à cette injonction intérieure, c’est écouter son intuition. Selon “Le Petit Robert”, le phénomène intuitif est une « forme de connaissance immédiate qui ne recourt pas au raisonnement ». Ce qui laisse supposer que nous possédons un système de pensée faisant appel à d’autres processus que ceux de l’intelligence rationnelle.

Décoder les signes

Georges Soros, homme d’affaires hongrois et l’un des grands financiers actuels, avoue que, pour gérer son portefeuille, il ne procède pas de façon rationnelle. Tout mauvais placement provoque chez lui des douleurs dorsales aiguës. Ce signal lui indique que les choses vont mal tourner… Chacun a son "détecteur personnel". On peut "flairer" un danger physiquement – chair de poule, nœud à l’estomac… –, ressentir immédiatement une attirance ou un rejet, "entendre" une idée s’imposer, "voir“ une image ou un symbole…

L’intuition se reconnaît aussi à son caractère fulgurant. Trouver brusquement la solution d’un problème sur lequel vous planchez depuis un mois, c’est de la logique. Votre cerveau a trié des informations et, à votre insu, en a tiré une conclusion. Il répond donc à une question. Pour l’intuition, c’est exactement l’inverse : nous obtenons la réponse avant de poser la question.

Une reconnaissance scientifique

Gerd Gigerenzer, directeur de l’Institut Max Planck pour le développement humain et auteur du livre Gut Feelings: The Intelligence of the Unconscious (Sentiments intestinaux : L’intelligence de l’inconscient) revendique qu’elle est à la fois intuitive et rationnelle :

"Dans mon travail de chercheur, j’ai des intuitions. Je ne peux pas toujours expliquer pourquoi je pense qu’un certain chemin est le bon, mais je dois lui faire confiance et aller de l’avant. J’ai également la possibilité de vérifier ces intuitions et de savoir de quoi il s’agit. C’est la partie scientifique."

https://youtu.be/xw8Hv4XvWrI

 

Surgie du néant, ne passant par aucun de nos cinq sens, l’intuition n’avait pourtant pour les scientifiques… aucun sens ! Certains ont cependant mené des recherches sur ce phénomène troublant.

En 1998, deux célèbres neurologues, Antonio Damasio et Antoine Bechara, travaillant sur les réactions de notre système nerveux lors de décisions "à risques", ont fait, au collège de médecine de l’université de l’Iowa, aux Etats-Unis, une expérience étonnante. Seize personnes étaient face à quatre jeux de cartes retournés. Chacune recevait une mise de départ de deux mille dollars. Les jeux comportaient tous des cartes gagnantes et des cartes perdantes. Lorsqu’un participant en tirait une gagnante, son système nerveux réagissait normalement. A l’inverse, il s’affolait et réagissait en envoyant un "signal d’alarme" quand le joueur était sur le point d’en retourner une "mauvaise". Comme si son esprit était capable de "sentir" à l’avance une bonne ou une mauvaise carte…

Les deux neurologues en ont conclu que « ce mécanisme inconscient dirige le comportement et qu’il doit être ajouté à ceux reconnus comme nécessaires au raisonnement rationnel… »

Depuis, l’intuition est devenue un vrai sujet de recherche. De nombreux laboratoires travaillent aujourd’hui sur cette faculté de "pressentiment". Le directeur du département de psychologie de l’université d’Amsterdam, Dick Bierman, est formel : « Nos expériences démontrent que notre esprit est capable d’anticiper, de faire un petit saut dans le futur, pour nous prévenir d’un danger. »

 

Enfant, Einstein rêvait éveillé, et utilisait son imagination de manière très libre. Ainsi, apprenant que la lumière se déplaçait à une vitesse phénoménale, il aurait joué à se mettre à la place d’un photon. C’est ainsi que le jeune Einstein serait parvenu à ressentir le continuum espace-temps… qu’il mit ensuite des années à démontrer scientifiquement ! Dans une lettre à un ami, le physicien explique que l’intuition, intimement liée à l’imagination, est la seule voie menant aux idées et aux découvertes. « Un bond se produit dans la conscience, et la solution vient à vous, et vous ne savez ni comment, ni pourquoi », explique-t-il. L’intuition était si précieuse à ses yeux qu’elle était pour lui « la seule chose qui vaille au monde ». C’est aussi à lui que l’on doit cette magnifique citation :

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » A. Einstein

 

Einstein n’était pas le seul à voir en l’intuition une alliée de poids de la science. Une étude menée dans les années 1930 sur le sujet par deux chimistes américains Platt et Baker, est éloquente… 83 % des 232 scientifiques interrogés – toutes disciplines confondues – s’estiment aidés par des « intuitions inconscientes ».

Plus près de nous, en 1994, une enquête suédoise menée auprès d’un panel de lauréats de prix Nobel en physique, chimie et médecine révèle que l’immense majorité se fie à leur instinct dans leur travail. Ces derniers regrettant au passage que la place de l’intuition soit réprimée dans la formation des scientifiques.

Loin d’être un élément perturbateur, l’intuition apparaît comme un outil-clé dans la panoplie du chercheur. Grâce à elle, il peut poser des hypothèses, se projeter, conjecturer… Bref, elle est le gage de la créativité scientifique.

En 2008, la vénérable Académie des Sciences de Paris reconnaît même, lors d’une très sérieuse conférence interdisciplinaire, que« l’imagination et l’intuition sont deux qualités indispensables au chercheur ». Elle fonctionne même au premier plan pour les grands mathématiciens, tel Henri Poincaré, savant universel français, pour qui l’intuition est  le résultat d’une sensibilité esthétique subconsciente qui nous fait deviner des relations cachées ». Il affirme : « C’est avec la logique que nous prouvons et avec l’intuition que nous trouvons. »

Au tableau d’honneur des découvertes scientifiques intuitives, citons quelques exemples :

  • Archimède, mathématicien du iiiesiècle av. J.-C., plongé dans son bain, sortit dans les rues, nu, crier « Eurêka ! » (« J’ai trouvé » en grec). Observant l’eau déborder de la baignoire, il avait soudainement compris le principe de la poussée qui porte désormais son nom.
  • Sir Isaac Newton, au xviiesiècle, en pleine réflexion sous un arbre, reçut une pomme sur la tête. La légende raconte que ce choc provoqua, subitement, sa compréhension de la gravitation universelle.
  • Melvin Calvin, Nobel de chimie en 1961, patientait au volant de sa voiture, attendant que son épouse termine ses emplettes dans un centre commercial. Il comprit en une fraction de seconde le mode de formation du carbone.
  • En 1964, le physicien Peter Higgs, en vacances dans les montagnes écossaises des Highlands eut, en un éclair, l’intuition de l’existence de la « Particule de Dieu ». Celle-ci fut officiellement identifiée en 2012 et porte aujourd’hui le nom de « Boson de Higgs ».

 

Alors, donnons à l'intuition la reconnaissance qu'elle mérite dans nos vies !